Ces émotions qui nous rendent malades - Conférence de Sandra James



Le 4 mai dernier j’avais réservé une place pour la conférence de Sandra James sur le thème « ces émotions qui nous rendent malades ». Vaste programme.


La psychobiologie, étudiée par Sandra, dit que derrière la maladie, il y a des émotions mal digérées. Quand nous faisons face à un choc émotionnel, un stress suraigu constant ou un stress répété, le cerveau en mode survie descend dans le corps et génère la maladie. Nos émotions s’expriment à travers le corps. A l’aide d’exemples très concrets, Sandra nous a guidés sur les chemins de toutes nos émotions contenues, jamais exprimées, source de ces maladies (mal-a-dit). 


Ce que j’ai surtout trouvé passionnant c’est son approche pratique. Quand Sandra nous a parlé des « toilettes émotionnels », ça a fait tilt. Nous sommes sujets chaque jour à de multiples émotions, que nous ressentons et gérons tous différemment. Quand trop d’émotions s’accumulent nous avons tendance à les garder en nous. Jusqu’au moment où nous explosons le plus souvent en compagnie de personnes qui comptent le plus pour nous (famille, enfants, conjoint, amis proches) et cela fait toujours quelques dégâts (plus ou moins importants). D’où l’intérêt d’avoir un espace pour libérer ces émotions avant qu’elles ne prennent toute la place et se répercutent dans notre corps. 


Sandra nous explique les règles de bases : 1- Cela se fait seul 2- Il faut ressentir l’émotion au moment où on fait l’exercice ou se remettre dans le contexte 3- Cela doit passer par la bouche 4- A la première personne « je ». 
 « Le tu ça tue », ça alimente la colère et ça ne sert  rien. Nous sommes responsables de nos émotions. En prendre conscience nous permet de nous en libérer. Nous ne sommes pas dépendants des autres pour guérir. 


Il est aussi possible de lâcher sa colère, sa peur, ses angoisses, son chagrin, son amertume, sa honte, son dégout, sa culpabilité (ect…) en tapant dans un coussin, en criant, en déchirant des papiers. Et essentiel de montrer l’exemple à nos enfants. Plus nos enfants grandissent, plus on leur demande, comme on l’a appris, à retenir leurs émotions.  Les gérer, oui, car nous ne pouvons pas exprimer nos émotions tout le temps, partout, et ils doivent l’apprendre eux aussi. Mais les contenir, non. Il est important que chacun puisse aller quand il le souhaite ou en a besoin aux « toilettes émotionnels » pour se vider et se libérer.


Pour ma part, j’ai décidé d’intégrer sans tarder cette pratique dans mon quotidien. Et chaque soir je me rends aux « toilettes émotionnels ». J’arrive même à sortir des choses que je ne croyais pas ressentir. Cela me fait un bien fou. Parfois quand trop c’est trop, je fonce crier dans un coussin à l’abri des regards. En me tournant vers moi, je prends de la distance par rapport aux autres et ce que jugeais avant être leurs « erreurs ». En prenant la responsabilité de mes ressentis émotionnels je suis seule maître à bord et contre toute attente, c’est extrêmement rassurant !  

La prochaine fois je tente les constellations familiales... 

  
Pour en savoir plus:
Site de Sandra James 
Livre de Maux en Mots
Crédit Image (Sandra James Website)

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire qui enrichit notre voyage au pays du bien-être !