Avec modération...



Nous vivons dans un monde où tout va très vite, où l’information est continue et accessible partout. Et de plus en plus, par tous. Chaque jour nous devons faire face à des tonnes d’idées, qui déferlent sur nous, sans que nous ayons le temps de prendre du recul face à elles. Nous les intégrons ou pas. Nous les acceptons ou pas. Elles se glissent dans notre esprit créant ici et là des points d’interrogation, qu’il faudra à un moment ou à un autre traiter. 


Il est tentant de prendre une théorie et de la faire nôtre, de partir en quête d’une vérité qui semble répondre, enfin, à nos doutes et questions sur la vie. Il est tentant de délaisser le reste pour cette nouvelle manière de penser et de vivre.  

Vous me direz, où est le danger ?

Et bien il est dans la façon dont nous appréhendons cette nouvelle idée, dans la façon dont nous rejetons le reste, tout ce qui ne rentre pas dans la définition de cette idée. Il est dans l’adhésion à une vérité. Il est dans l’absence de modération. Oui, souvent quand nous découvrons un nouveau livre, un nouveau hobby, une nouvelle philosophie ou religion, nous nous jetons dans le bain corps et âme, certains de détenir les clés de l’équilibre dont nous rêvons tant, depuis longtemps. Suivre une voie, une mode, un courant de pensée nous donne des pistes. Nous sommes guidés enfin. Nous n’avons plus à cogiter des heures pour démêler le vrai du faux, quelqu’un le fait pour nous, quelqu’un qui s’y connait, un sage, un religieux, un érudit, un anarchiste. Nous n’avons plus qu’à mettre nos pas dans ceux laissés par d’autres. La vie semble d’un coup légère, jusqu’au jour où une nouvelle idée atteint notre cerveau, bouscule tout ce en quoi nous croyons et nous fait perdre tous nos repères.



On se révolte contre les extrêmes. On n’a du mal à saisir ce qui se cache derrière le mot « terrorisme ». Quand on y réfléchit bien, c’est assez simple à comprendre. C’est l’adhésion totale à une idée. C’est rassurant pour celui qui doute. Cela lui donne l’impression de savoir où il va. Cela lui donne l’impression de ne pas être seul. Ce n’est qu’une illusion bien sûr, car tout ou tard on se retrouve face à soi-même, à ses actes, à ses choix, à ses silences et à se trahisons. Seul qui plus est.


Je suis moi aussi tombée dans ce travers. Je me suis investie en religion, jusqu’à ne plus penser que par cette religion, jusqu’à ne plus penser du tout. Je suivais la Parole. J’avais le sentiment d’être en phase avec moi-même. Alors même que je perdais totalement contact avec celle que j’étais. Un jour, j’ai réalisé que c’était trop, qu’adhérer à ce mouvement, m’empêchait d’écouter ma voix et les autres autour de moi. 



Aujourd’hui je prône la modération. Et l'importance de rester attentif à soi, à ses valeurs, s’écouter, être attentif à ses intuitions. Adhérer à un courant de pensée, oui, mais en gardant son libre arbitre, en étant capable de se dire que telle chose, tel mot, telle action ne nous correspond pas, que l’autre n’a ni raison ou tort, que ce n’est juste pas fait pour nous. Sans se mettre de pression. Et pouvoir aussi changer de route, trouver d’autres sources d’inspiration, écouter sa sagesse intérieure et la partager. 

Il n’y a pas un seul chemin, mais plusieurs qui nous guident vers la Vérité, notre Vérité.

3 commentaires :

  1. Cela me parle... j'ai souvent peur des religions quand elles sont "étalées" comme des solutions à tout... Les "je prie pour toi" me stresse au plus haut point... Je sais que ces mots partent d'un bon sentiment mais ce qu'ils créent en moi est incontrolable... je pense que la religion doit rester dans la sphère strictement privée... Cela peut te paraître évident mais... ne pas oublier que je vis dans un pays où la laïcité ne fait pas partie de la constitution... La monarche belge est catholique ;)
    Bisous Marie

    RépondreSupprimer
  2. C'est un point important que tu soulèves Marie.
    Quand la vérité devient quelque chose qui nous sépare les uns des autres, c'est un signal à prendre en compte. Qu'est-ce qui sonne juste pour moi et m'aide à avancer dans la vie et qui ne me déconnecte pas de moi et des autres ?
    Tout ce qui relie et qui nous connecte, comme dans la nature, contribue à créer un équilibre où les choses circulent, vivent et se complètent... Le cycle positif...

    RépondreSupprimer
  3. Je comprends Cécile, c'est ce qui me fait peur aujourd'hui aussi. Pour moi en effet la religion est une affaire privée, même si c'est quelque chose qui a du mal à rentrer dans les esprits de mes concitoyens! En France la laïcité est une chance.
    Je t'embrasse et merci

    C'est tout à fait ça Stéphanie. Mais ce signal peut être différent d'une personne à l'autre. Tout doit passer par le filtre de nos émotions, de notre intuition pour que l'équilibre soit maintenu et que toute nouveauté, au lieu de nous perturber, nous donne envie d'aller plus loin.
    Merci!

    RépondreSupprimer

Merci pour votre commentaire qui enrichit notre voyage au pays du bien-être !